Une croisière fluviale, pourquoi pas ?

Croisière fluviale en Camargue

Il y a quelques mois, si vous m’aviez proposé de partir en croisière, j’aurais sans doute décliné poliment. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui, grâce à mes dernières vacances de rêve en Camargue. Après tout, seuls les idiots ne changent pas d’avis.

Bellegarde

Tout a commencé au mois d’août dernier, lorsqu’en pensant me faire plaisir, ma compagne, avec un autre couple d’amis, nous a concocté une croisière fluviale en Camargue. Etant un inconditionnel de l’écotourisme, je rêvais depuis longtemps de visiter cette région naturelle française. Qui plus est, comme la Camargue est située en bord de mer, je pouvais à la fois m’adonner à mes activités estivales préférées, à savoir la baignade et le farniente, tout en partant à la découverte de la nature.

Malheureusement, je ne suis pas très porté sur ce loisir touristique un peu ringard pour moi, car dans mes souvenirs, je l’associais à mes grands-parents qui partent régulièrement en croisière. Mais voilà, comme ils s’étaient donné beaucoup de peine pour organiser ces vacances, je n’allais pas gâcher l’ambiance conviviale et enthousiaste qui régnait autour de ce voyage. D’ailleurs, on ne parlait plus que de ça à la maison. Et un matin ensoleillé, nous voici partis pour Bellegarde.

C’est dans cette commune française que nous avons pris possession du bateau, réservé un mois auparavant chez Nicols. Néanmoins, comme nous ne disposions du plaisancier que pour une durée limité de jours, nous sommes immédiatement partis en excursion sur le canal du Rhône, dès le premier jour de notre arrivée à Bellegarde. Et c’est lors de cette première sortie que je suis tombé amoureux des ballades fluviales. Il faut dire qu’il y avait tout de même un argument très convaincant qui est celui de la conduite de bateau sans permis.

La Camargue

Flamands roses en Camargue

Bien sûr, nous n’avons pas manqué de faire le circuit classique de la région qui consiste à partir de Bellegarde pour débarquer à Sète, la ville natale de Georges Brassens. Nous avons alors fait plusieurs escales les unes tout aussi intéressantes que les autres. Toutefois mes préférées ont été les Salins du Midi d’Aigues-Mortes, l’Abbaye de Maguelone à Villeneuve Les Maguelone et le Musée humoristique Albert Dubout de Palavas Les Flots.

Sinon, comme nous sommes arrivés tard dans la soirée à Sète, nous n’avons visité l’Espace Georges Brassens que le lendemain. Enfin, pour mon plus grand bonheur, la deuxième semaine fut entièrement consacrée à la découverte de la Camargue. Nous nous sommes rendus en premier au Parc Ornithologique de Pont de Grau. Point de rendez-vous des ornithologues amateurs et pros. Ce site de près soixante hectares est le lieu d’habitation naturelle de nombreuses espèces d’oiseaux.

Mais j’étais surtout là pour les flamants roses et les hérons cendrés et j’étais vraiment bien servi. Si vous y allez, n’oubliez pas d’emporter vos jumelles et passez d’abord par le salin de Giraud. Notre étape suivante fut le domaine de La Palissade. Si vous aimez les grands espaces et les paysages à perte de vue, ce lieu est fait pour vous. Enfin, nous avons terminé notre incursion en Camargue dans une autre réserve naturelle le domaine de la Capelière.

Écrit par Phyl le dans Actus au fil de l’eau

Laisser un commentaire

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : qpxgxk2qj3